Les anniversaires de mars : épisode 2

Les ballons avaient à peine eu le temps de se dégonfler et les bougies de refroidir, qu’un nouvel anniversaire arrivait : celui du petit dernier, appelé n° 2 le temps de la grossesse mais qui a bien vite su se faire un (des) nom(s) parmi nous… « Félisk » au début pour sa sœur, « Fifou » pour moi la plupart du temps, « Choucrac » en lien avec le bruit qu’a dû faire sa clavicule en se brisant à la naissance (l’humour, ça guérit tout, je vous assure…), « Terreur des bacs à sable » depuis qu’il se déplace et emporte tout sur son passage, bref, mon Félix d’amour. Lire la suite

Comme un petit goût de New York…

A peine rentrés de notre séjour à New York, en janvier 2014, nous n’avions qu’un souhait : y retourner un jour ! Je n’imaginais pas éprouver un tel sentiment de bien-être dans une ville aussi grande, qui – et ce n’est pas un mythe !- ne dort vraiment jamais. Rien que d’en parler, je suis nostalgique… mais je vous propose tout de même quelques photos… glaciales, car nous y étions en pleine vague de froid. – 27 ° C ressentis en haut de l’Empire State Building, we did it !

Lire la suite

Les anniversaires de mars : épisode 1

La famille Bélier, c’est nous ! Oui enfin, pour ce qui est des enfants… nés à 3 ans et une semaine d’intervalle, Lison et Félix ont toutes les chances de se révéler « énergiques, cascadeurs, fonceurs, peu douillets, joyeux, protecteurs et chefs de groupe ». Du moins si l’on en croit les divers portraits astrologiques glanés çà et là. Pour le moment, j’ai pu vérifier qu’on faisait en effet une grosse consommation d’arnica, et que Félix, lorsqu’il se coince les doigts sous le couvercle du coffre à jouets, nous regarde l’air impassible alors qu’on se précipite pour le libérer. Quant à Lison, son côté commandant général de l’armée n’est plus à prouver… Et pour ce qui est de leur côté bout-en-train, il suffit de les regarder jouer ensemble.
Enfin bref, je digresse, je digresse… Lire la suite

Un travail entre générations

Pendant quelques mois, j’ai admiré cette petite table et regretté qu’elle soit si peu mise en valeur chez moi. Trop foncée par rapport à mes autres meubles, et installée dans une pièce aux murs plutôt sombres également, on ne la remarquait pas. Pourtant, j’avais envie qu’on la voie. D’abord parce que je la trouve très belle, sobre mais avec des détails originaux, ensuite parce qu’il s’agit d’une pièce unique, et enfin, cause directe de la deuxième raison invoquée, parce qu’elle a été fabriquée il y a fort longtemps, par mon arrière grand-père.

arrièregrandsparents Lire la suite

L’activité du mercredi après-midi

Cette année, j’ai tous mes mercredis (et les autres jours de la semaine aussi, ce mois-ci, pour cause d’opération du pied…). Quelques heures pour profiter un peu de Lison et Félix, que je vois trop rarement les week-ends, prendre le temps de discuter avec ma grande fille (c’est fou ce que des petites de 4 ans peuvent se raconter à la récré…) et de voir le petit bonhomme tout donner pour avancer, pas à pas, les mains bien cramponnées aux meubles. Lire la suite

Le coffre à jouets

Il paraît qu’on a déjà réussi à multiplier les pains. Je ne sais pas si c’est pareil chez vous, mais mes enfants, eux, réussissent à multiplier les jouets. On avait pourtant juré qu’on y irait mollo mollo sur les cadeaux (et finalement c’est ce qu’on fait c’est ce qu’on essaie de faire), ils réussissent malgré tout, au gré de leurs séjours chez les grands-parents ou de leurs francs sourires chez les copines dont les bambins ont bien grandi, à récolter une belle moisson de joujoux en tout genre. Lire la suite

Le gilet en moumoute de Lison

Quand Lison avait 1 an, je lui avais trouvé chez Monoprix un gilet sans manches en moumoute blanche, qu’elle a mis, remis, et re-remis, et c’est avec un plaisir non dissimulé qu’il y a quelques mois, je l’ai ressorti pour Félix (qui bientôt ne pourra plus bouger les bras si je continue à lui mettre… il est un peu plus costaud que sa grande sœur). Comme je trouve ce genre de modèle mignon et très pratique, j’ai voulu lui en faire un moi-même. Et pour la première fois de ma courte vie de couturière, j’ai réussi du premier coup ! Oui parce qu’il faut quand même avouer que jusqu’à présent, c’est un principe : je commence par me planter. Soit dans les grandes largeurs, soit dans les finitions, mais à chaque fois, il faut que je recommence pour obtenir un vrai bon résultat. Maintenant que je l’ai admis, j’attends d’avoir un peu d’entraînement pour utiliser le trop-beau-tissu-qui-coûte-trop-cher, de peur de voir ledit tissu terminer à la poubelle. Bref. Lire la suite