La robe Mistral : un vent de fierté

Je l’avais dit : je l’ai fait ! Après la robe de Lison, j’ai décidé de penser à moi et de réitérer l’essai de me confectionner une robe. Je dis réitérer car en décembre dernier, j’ai « commis » une robe Pénélope de chez République du chiffon, un superbe modèle que j’ai réussi à terminer pour le réveillon de Noël, dans une jolie panne de velours, mais qui par manque d’attention et de minutie comporte pas mal d’irrégularités… Je vous la montre tout de même un petit coup vite fait.
DSC_0120

Cette fois-ci, j’ai choisi le modèle Aime comme Mistral, de chez Aime comme Marie. Un patron sans trop de difficultés, si l’on en croit les explications, qui me semblait à peu près à ma portée. Pour le tissu, je me suis encore fourni chez ma maman-super-dénicheuse-de-supers-tissus pour ce joli wax, acquis, je crois, pour 2 euros le mètre. C’est un très beau coton qui se froisse très peu (en témoigne la robe une fois réalisée que j’ai pliée en six pour l’emmener en week-end et qui n’a même pas eu besoin d’un coup de fer pour être portée). J’ai récemment vu une veste en vitrine d’une boutique de fringues pour adolescentes dans le même imprimé, mais en synthétique beaucoup moins sympa.
En passant, ce tissu a tout de même fait parler de lui… Au moment de le couper, j’ai un peu hésité sur le sens : tige de la feuille en bas, ou en haut ? J’étais plutôt partante pour le couper comme ceci :

IMG_2164

Mais dans le doute, je me suis dit : « Profitons des réseaux sociaux et du fait que sans les connaître, on peut demander l’avis de tout un tas de passionné(e)s de couture et autres travaux hand made ». J’ai donc posté une photo du tissu sur un groupe Facebook (Le vide-ateliers des créatives, d’abord consacré à la revente de matériel en tout genre permettant de faire quelque chose de ses dix doigts), et obtenu de nombreuses réponses qui m’ont confortée dans mon choix. Voilà illustré un des bons côtés de Facebook… parce qu’évidemment, ça n’a pas manqué : il a bien fallu que deux mégères, manifestement mal dans leur peau et s’ennuyant pas mal, commentent de façon assez désobligeante ce tissu qui, vous serez d’accord avec moi, n’avait rien fait de mal, se contentant de vivre tranquillement sa vie de tissu.  Dans l’absolu, ce qu’elles pensaient des motifs m’importait peu, vu que c’était avant tout un avis sur leur sens que je demandais. J’ai d’ailleurs trouvé leur réaction plutôt ridicule et méprisable. Une impression largement renforcée quand d’autres personnes se sont permis – poliment – de leur rappeler que leur réponse était légèrement inadaptée et franchement agressive, et qu’elles ont rétorqué, avec un niveau de finesse dont je vous laisserai juges : « Espèces de ****%^^***!!##** ». (Alors que, vous en conviendrez, nous n’avions rien fait de mal, nous contentant de vivre nos vie de couturières/scrapbookeuses/etc.) Bref, je digresse, mais j’avais envie de vous raconter comment – je ne le répèterai jamais assez – cet innocent bout de tissu a entraîné noms d’oiseaux et fébrilité de claviers.

Toujours est-il que j’ai réussi cette robe, et du premier coup dîtes donc ! J’ai confié l’étape surjeteuse à ma maman, mais pour le reste c’est du moi-toute-seule. Et je dois dire que je n’ai pas été trop perdue, à part une petite piqûre mal placée, due à un manque d’inattention en regardant les schémas, que j’ai dû découdre.

DSC_0421

DSC_0422

Personnellement, j’adore tout particulièrement le dos (même si Monsieur a d’emblée remarqué qu’on voit le soutien-gorge, ce qu’il trouve indécent moche).

DSC_0423

DSC_0424

DSC_0425
Chaussures Somewhere (collection actuelle) et boucles d’oreilles home made

Quoi qu’il en soit, ces photos me suggèrent deux remarques :
1 : Va falloir penser à se remuscler.
2 : Va falloir songer à prendre des couleurs.

Je vais donc tâcher de poursuivre sur ma lancée après ma reprise du footing ce matin… et je mise beaucoup sur le soleil qui inondera assurément le Bassin d’Arcachon dans un mois, lors d’une petite semaine de vacances !

Publicités

3 réflexions sur “La robe Mistral : un vent de fierté

    1. Merci beaucoup ! Oui, c’était plus risible qu’autre chose… et ça illustre bien des caractéristiques des réseaux sociaux, capables du pire comme du meilleur !..

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s